marinaMarina j'te connais pas
Mes yeux si, ils sont ravis
Mes oreilles te discerne
Je me fais mon idée de toi.

Marina de ce texte
Je ne veux qu'explorer
Le sentiment, le prétexte
De pouvoir t'échapper.

Marina, fille de fleurs
et sus a Narcisse
Huile d'épices et de senteurs
Ta vanille est métisse

Tes yeux créent le subtil,
le fardeau de l'explorateur
Le suave est dans l'iris
et sus à l'admirateur

Je ne suis fait que pour rever
Pour sentir je suis le zouave
Quand coule l'eau à mes pieds
C'est pas mes yeux c'est ma bave

Marina dans ton espace
Je lie l'acte et la pause
Derriere tes ombres chinoises
j'm'enfuierai bien, loin des notres

De quelques notes je devine
J'entenps le temps que j'écoute
Les fleurs sont des hymnes
le net en est la croute

Ton ombre t'habille,
et mes idées fourmillent
Je me sens beaucoup moins habil
J'connais meme pas ta ville

En virtuel Ma Marine
Celle qui est là, pas à moi
Je t'écoute je lis ton hymne
ton gout rosé vers l'émoi.

Et faudrait-il qu'on se connaissent
Pour se laisser aller à la laisse
des dictions, et des caresses
J'instaure ta vision dans la paresse...