texte de Dextercobalt / Musique Diice


Le malheur qui se lève à l’heure où je m’endors
Le monde qui part en vrille dans mon transistor
Le béton, le bitume et un peu trop d’étages
Le cocktail quotidien qui amène la rage
Mon avenir est là au fond de ma bouteille
J’ai bien des ambitions qui quelque part sommeillent
Un jour je partirai en quête d’un ailleurs
Je voudrais bien rêver ; le destin est railleur

De bitume et de sang
De sanglots en bitures
Destin évanescent
Sans aucune aventure
De sang et de bitume
Tumeur de mon passé
Du présent l’amertume
Qui vient m’enlacer

A sec le cinq du mois. Il reste vingt-cinq jours
Pour suivre la galère dans son sinueux parcours
Déprime pour repas et calmants pour dormir
Les huissiers au goûter. Comment ne pas vomir ?
Mon avenir inscrit au fond du pack de bière
Boire pour oublier chasse pas la misère
Un jour je m’en irai pour un destin meilleur
J’aimerais bien rêver ; le présent est railleur

De bitume et de sang
De sanglots en bitures
Destin évanescent
Sans aucune aventure
De sang et de bitume
Tumeur de mon passé
Du présent l’amertume
Qui vient m’enlacer

Pourquoi pas en finir ce soir et à jamais
Y’a plus rien qui m’attend. Je le sais désormais
Ma femme s’est barrée et les mômes ont suivi
Je regarde le verre où s’est noyée ma vie
Il reste des regrets encore à la surface
Souvenirs aigres-doux et j’ai perdu la face
Demain je m’en irai en enfer ou ailleurs
Plus la peine de rêver, y’aura rien de meilleur

De bitume et de sang
De sanglots en bitures
Destin évanescent
Et tout ce que j’endure
De sang et d’agonie
Tumeur de l’avenir
Y’a plus rien, c’est fini
Alors autant mourir