Le silence est pesant en apesanteur
il s'évapore rarement avec les vapeurs de la peur
Il est froid et glace la sueur du front de défense
Il est sage, et s'approche, se fout de l'apparence.

il est merveilleux quand la musique le balance
Quand le rythme s'en habille en connaissance
De cause en volonté on s'aperçoit seul en sa compagnie
Savoir retomber, et faire sonner les mélodies

Il est la solitude de l'air, le non-dit du son
Il est grand et a la fois il est un petit bond
Il est sur de ne jamais être a la hauteur
Souvent, il est sur d'être débordé par la peur

Il chante finalement comme un air qui refroidit
Il réchauffe quand la tête ne dit plus oui
Il explose quand le manque est plus grand que tout
Et trop petit quand le bruit est trop grand et trop flou

Le silence est simple pourtant
le silence est un temps
qui passe sur un fil
on dit de lui il
désert de l'air
absence du son
solitaire
affront
et meurt

...
pardon...