SlamDiice

11 août 2011

No Way for a Man


texte et musique : Diice

There are cups with empty space
They don't serve the life.
There are other ones full of faith
Which can show the path.

If You have one, share it To your brothers
Without cause there's no Way for a man.

There are some hearts without grace
Some hearts haven't got a reason
And there are some hearts with peace
who sing To others the passion

If You have one share it To your brothers
Without passion there's no Way for a man

No Way for a man without life
No Way for a man without love

Patience and expérience
Creation, imagination
Give me all to have knowledge
And don't roam on the edge

There are a few souls without force
They don't serve nothing
There are some pillars for world
They listen the rythm of things

If You are one of them, thank you for all
Without guide without others there's no Way for a man.

Posté par diice à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


25 juin 2011

Paris

Ecoute : version 4 titre "A Propos..." - MoiJe 2011

Clip (2011)


"Paris" by Diice au Kibélé le 11 avril 2009

-A Paris je me suicide,
je me meurs en solitaire,
Tout seul, je manque d'air
Etouffé par le poids des tuiles
-Paris c'est ma ville,
Comme un cordon alambiqué
Je n'ère plus, pour me blinder
Contre tes charmes, Paris la ville.
-Je me cache tes lumières
Les ressorts quand ça fait bien,
Paris n'est plus, une fois éteint
La Seine, rêve d'être rivière.
-Paris, j'aborde tes quais,
côté glacé Qui refroidit
le sang d'un souvenir
Si chaud, dans mes désirs

-Paris, j'aime pas tes fourmis
Mais tes fourmillements
Tes coups de nerfs, et le cheminement
De la rage qui grandit
-Paris j'aime que tu sourcilles,
Quand je cligne, mon oeil en l'air
Tous ces hasards que t'éparpilles
Qui échappent aux terre-à-terre
-Je t'ai erré, de fils en quartiers,
De fontaines en marronniers,
Paris ma ville, je t'ai aimé
Même très bien rêvé
-Quand tu pesais moins lourde Quand tu me ravissais encore
Quand n'apparaissait pas encore ta graisse,
Tes vergetures, ta peste, et tes foulures,
différentes sur chaque fêlures.

-Des tours de clefs, bien trop tournés
Qui montrent leur dos à la paix
Paris ville parmi les villes
Paris ou mille feux brillent
- Tu portes en toi,
Les sens obligatoires De la city,
Si t'es servit, sert la city
Brouille pour entrevoir,
-Porte là dans tes pleurs,
Comme on porte une fiancée
Paris, jamais à moitié.
Paris pardonne, quand on lui donne.
-Paris s'éteindra un jour
Bête immonde des picadors
Hasta luego, défaut du sort
Comme un fardeau, une tête de mort

-Quand on décroche, quand on s'éloigne,
Tous les coups d'oeil sont capitale,
Nom qui sonne mal, qui siffle chien
On reconnaît la race des trop urbains
-Comme cernés d'yeux contemporains
Qui clignotent 100% blindés
Par l'extase des préjugés
Qui défigurent, qui se rassurent.
-A paris, viendra la rencontre
plus question d'encontre,
Ses lumières aveugleront,
tous ceux qui lui disent non.
-Vivre Paris, c'est un travail
Rien de bien naturel en sommes,
savoir cerner le détail
Ne pas recommencer Sodome
-L'empêcher de se rapprocher,
Des si beaux très vieux rochers
Des déserts de paille, des champs de blés
Que Paris n'enflamme pas le bûcher
-Paris nous survivra
Paris ma ville
C'est délicat
D'arrêter de me droguer de toi...

-"J'aime Paris car j'aime les gens,
- dit-il élégamment -
Ses bars pourris et ses légendes,
Les gens s'entassent, et se la ramasse
-Pertinent le clin d'oeil,
affinée la rétine !
Explication d'orgueil
Les noyades se déclinent.
-Paris c'est ça, idées en tas
En tas c'est sure le pied astral
Lui fait de l'oeil, le partage ose
L'important, Paris la rose,
-La fraise Qu'on piétine aux marchés,
Marché noir ou blanc clinique
Où se mêlent fools, foules de flow antiques
Lacs naturels, c'est pathétique
-Paris s'rait africaine,
idyllique mère de l'idée.
Un peu de roots anti-haine
Y'a pas mieux pour digérer.
-Paris nous survivra
Paris ma ville,
C'est délicat
D'arrêter de me droguer de toi...

Posté par diice à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03 mai 2010

Chant Secret


texte de Cameleon / Musique Diice

S’il y a plus que de l’amitié,
Je veux au moins le partager.
Si vous avez accompagné
Mes mains couchées sur le papier
Ecrire une partie de nos vies
Jouer les notes de nos nuits,
Avec vous je veux chanter
Autour d’un chant secret.

Si en nous, coule le même sang,
Les mêmes rêves de nous quatre, enfants,
Si ensemble, frères de serments
Nous moissonnons le même froment,
Mais demain, c’est bien aujourd’hui,
Et l’amitié, c’est pour la vie,
Dans mon cœur, dans ma forêt,
Il pousse un champ secret.

Si nos souvenirs sont lointains,
Ils sont si proches autour du vin,
De nos verres et de nos pensées,
De nos cœurs et de nos soirées,
Mais je veux croire en l’avenir
Et créer d’autres souvenirs,
S’il le faut, toujours j’en serai
Votre marchand secret.

Si la vie est dure parfois,
Si les plaies n’ se cicatrisent pas,
Tant que Dieu nous réunira,
Ensemble autour d’un même repas,
Je chérirai cette vie prospère
Avec vous comme amis sincères
Avec vous partout j’irai
Et même à champsecret.

Posté par diice à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Choix N°1


texte de Cameleon / Musique Diice

A l' ennui des jours gris ,
Aux chaleurs de l' esprit ,
Succèdent les nuits blanches ,
M' inspirant quand je flanche .
Aux sourires charmeurs ,
L' accoutumée tiédeur,
A la fraicheur du soir ,
Le même avenir noir .

Ainsi Monotonie ,
Vient régenter nos vies ,
Car sans terre et sans pluie ,
Jamais on ne survit .
Oui tout seul on est rien ,
Tout seul on se sent chien ;
Frappé , abandonné ,
Et ne pouvant parler .

Alors viens je t' invite ,
Dans mon moi , dans mon gîte ,
Car moi je t' ai compris
Et fait le parapluie ,
Car pour longtemps encore ,
Pour moi tu seras or ,
Car je suis la moitié ,
Qui peut le mieux t' aimer ...

Posté par diice à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2010

Gros Plan sur tes Yeux


texte de FredOueb / Musique Diice

"Silence, on tourne... Moteur. Action !"

I
Plan général : La nuit, l'horizon,
L'océan qui balance ses vagues,
Avec une douce inclinaison
De leurs creux et crêtes qui divaguent.

Travelling : Un petit port breton,
Au creux d'une profonde ria.
Des bateaux amarrés aux pontons,
Un voilier, puis un nom : Victoria.

Zoom avant au pied du sémaphore,
Sur un visage éclairé de vert
Intermittent. Zoom avant encore,
Jusqu'au gros plan sur ses yeux ouverts...

(Refrain)
Gros plan sur ton regard
Que de chaudes larmes noient.
L'écran devient brouillard
Puis sur lui-même tournoie.

Gros plan sur ton regard
Qui semble fixer le vide.
L'écran devient brouillard,
Puis s'éclaircit, devient limpide.

II
Fondu enchaîné sur une plage :
L'océan vient de se retirer ;
Du sable mouillé, des coquillages
Qu'un goéland gris vient picorer.

Travelling avant sur tes cheveux
Qui viennent caresser tes épaules,
Ton cou, puis ta joue rouge de feu
Qu'une main, délicatement, frôle.

Zoom avant sur tes lèvres ardentes
Qui s'entrouvr'nt imperceptiblement.
Une bouche attisée mais prudente
S'en approche, irrésistiblement...

- Au refrain -

III
Cut. Gros plan sur tes yeux qui se ferment,
Chassant une larme sur ta joue.
Cut. Gros plan : Ta main qui se referme
Sur une photo déchirée. Flou.

"COUPEZ"

Posté par diice à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,